Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 17:14

LA SAINTE TRINITE. ANNEE C (2013).

DIMANCHE 26 MAI 2013.

HOMELIE DE MONSIEUR L' ABBE JEAN-BERNARD HAYET,

CURE DE LA PAROISSE SAINT JOSEPH DES FALAISES-BIDART.

Mes bien chers frères, fêter la Sainte Trinité, c' est, non pas élaborer une belle théorie sur Dieu mais, avant toute chose, porter un triple regard émerveillé et reconnaissant sur le Dieu -Père, Fils et Esprit-, que nous adorons, que nous prions, chantons et servons : ce Dieu dont nous nous "enveloppons" le corps chaque fois que nous traçons sur nous, avec Foi et Amour, le Signe sacré de la Croix! "Pour "catéchiser" les autres sur la Trinité, il faut commencer par apprendre au quotidien à faire son Signe de Croix. Apprendre à poser sur notre corps la sainte gestuelle de qui nous recevons la vraie Vie. De façon lente et cordiale. Ample et recueillie... Accomplir ce rite qui vient bénir et compatir à nos joies et nos peines. Le refaire chaque matin comme s' il était neuf... Sans la Trinité, nous ne sommes rien" (Monseigneur Bernard Podvin).

Prenons donc le temps, très brièvement -car une vie entière n' y suffirait pas!-, pour contempler le Mystère de notre Dieu et Seigneur si aimable et infiniment adorable!

-Premier regard : notre Dieu est Père, Créateur de l' univers visible et invisible : Il a placé l' homme -chacun de nous!- au centre du monde! Le chanteur Georges Moustaki (+ 23 mai 2013) aimait à dire que : "L' homme descend du songe"! Il ne croyait pas si bien dire : pour nous, chrétiens, cette expression dit vrai : l' homme descend du "songe de Dieu", l' homme est un "rêve" que Dieu a réalisé : en vérité, c' est bien pour nous -vient de nous révéler le livre des Proverbes (8, 22-31) que Dieu "traçait l' horizon à la surface de l' abîme", c' est bien pour nous que Dieu "imposait à la mer ses limites et qu' Il établissait les fondements de la terre" : en regardant tout ce que Notre Père du Ciel a voulu, créé et mis en place -dans une parfaite harmonie et un grand équilibre!- nous ne pouvons que reprendre à notre compte la prière émerveillée du Psaume 8 : "O Seigneur... qu' est-ce que l' homme pour que Tu penses à lui, le fils d' un homme, que Tu en prennes souci?". C' est inouï, mes frères -certains en rient peut-être- mais c' est ainsi : avant même nos parents, Dieu "a pensé à nous et nous a appelés à la vie. Nous existons dans les Pensées et dans l' Amour de Dieu" (Pape Benoit XVI. Homélie du dimanche 15 août 2010). Nous vivons dans un monde -au moins pour sa partie occidentale- qui refoule le sens de Dieu et du transcendant ou qui veut le reléguer exclusivement dans la sphère privée : Dieu d' accord mais chez toi, à l' église ou à la sacristie mais pas plus loin, pas au-dehors! "Quel silence autour de Dieu à notre époque? -s' exclamait le Cardinal Danneels-. Dans la vie courante, à table, au travail, dans la société, en un mot là où l' homme vit ses frands choix, on ne parle jamais de Dieu... le domaine de la "spiritualité" est banni de la vie quotidienne, relégué en marge de l' existence; le problème de la chute et de la rédemption, de la vie et de la mort : qu' en fait-on?... Voilà donc notre blessure profonde. L' homme contemporain refoule ce sens du transcendant qui, précisément, le constitue dans son humanité. Car la relation à Dieu est constitutive de l' homme. L' homme dépasse infiniment l' homme, selon le mot de Pascal" (Cardinal Godfried Danneels. Conférences des 22 et 23 janvier 1983 à Notre Dame de Fourvière et à Notre Dame de Paris). Oui, mes frères et soeurs, il est beau de croire en plus grand que nous! Il est beau de savoir que tout ce que nous voyons n' est pas tout ce qu' il y a à voir! Il est beau de comprendre que notre destin est Eternel et ne s' achèvera pas au fond d' une tombe ou dans un urne funéraire qui nous verra retomber "illico presto" en poussière! C' est ce qui faisait dire à Dom Helder Camara (+ 27 août 1999) que : "Dans les moments les plus critiques, les plus angoissants, nous, les chrétiens, nous n' avons pas le droit d' oublier que nous ne sommes pas nés pour la mort : nous sommes nés pour la Vie! Nous pouvons garder l' Espérance, la Paix intérieure, parce que nous avons la certitude profonde que nous sommes nés pour la Pâque éternelle" (In "L' Evangile avec Dom Helder". Desclée de Brouwer 2009 page 104). Il est de notre plus grand intérêt, frères et soeurs, de nous mettre chaque jour sous le Regard de Notre Père du Ciel -Créateur de l' univers visible et invisible-, de nous abandonner à Lui, de laisser "un espace à Dieu dans notre vie, en commençant le matin par la prière, en réservant du temps à Dieu, en consacrant le Dimanche à Dieu. Si Dieu entre dans notre temps, tout notre temps devient plus grand, plus ample, plus riche" (Pape Benoit XVI. Homélie du lundi 15 août 2005). L' homme trouve toujours son Bonheur quand il cultive la ressemblance avec son Divin Modèle : c' est quand nous prétendons être à l' égal de Dieu jusqu' à en devenir ses rivaux, c' est quand nous dictons nos propres lois, que la tragédie commence : depuis 3000 ans la Bible n' en finit pas de nous rappeler quelques-unes de ces tragédies : la rupture des origines (le Péché originel), Sodome et Gomorrhe, la tour de Babel; et le Malin, semeur de zizanie, est toujours prêt à passer à l' attaque et à nous suggérer de nouvelles et "folles" aventures qui nous conduiront vers de nouvelles tragédies et produiront encore plus de tristesse dans notre vie! "L' Eglise, dans ses appréciations et ses jugements historiques, peut se tromper; mais elle ne se trompe pas quand elle veut être le témoin et le grant de cet Absolu, présent dans l' histoire, qui fait que l' homme est un homme digne de vivre et donc, de risquer sa vie pour la vie. L' Eglise reçoit une infaillible assurance pour accomplir sa mission quand, marchant à la suite du Christ, elle atteste envers et contre tout ce à quoi elle doit la première se soumettre : l' Amour absolu qui donne à l' homme d' exister, Celui qui est plus grand que l' homme et dont l' homme reçoit sa grandeur" (Cardinal Jean-Marie Lustiger. Homélie du 11 novembre 1982 à Saint Louis des Invalides).

Ah! Seigneur! Mon Père! Apprends-moi à prendre mes distances avec le vacarme des mots, avec les verbiages et les cabotinages, apprends-moi à faire silence au coeur des rumeurs de mon coeur, pour que je puisse créer, au fond de moi, un espace de silence où puisse pénétrer Ta Parole qui me dit sans cesse : "Tu es Mon enfant, sur toi repose Mon Amour!" (Saint Matthieu 3, 17).

Portons maintenant notre deuxième regard sur Dieu : Il est le Fils : Jésus! Nous sommes au centre de Son Coeur! Avec Jésus, nous découvrons le Visage humain de Dieu qui est venu humblement et simplement au milieu de nous : Dieu a fait Son "entrée" dans le monde grâce au "Oui" que Lui offrit une jeune fille de Nazareth, désormais "Bénie entre toutes les femmes" : Marie! Marie -disait dès le quatrième siècle le diacre Saint Ephrem- est "ce mystérieux Ciel nouveau dans lequel a résidé le Roi des rois... oui, une femme de notre terre, une femme de notre race a pu embrasser Celui que l' univers ne peut contenir; Celui qui siège dans l' Eternité a voulu reposer sur Ses genoux! Celui dont la terre est le marchepied a voulu La suivre comme un enfant" (Sermon III de diversis : opera omnia III syr. et lat.). Notre Dieu est si Grand qu' Il S' est fait tout Petit, l' Un de nous : Il est venu, en Jésus, comme un enfant, comme un artisan, comme un prédicateur de "Feu", comme un pauvre condamné à mort, victime de la plus grande injustice qui soit! Qui donc pouvait imaginer qu' un Jour de notre Histoire on verrait Dieu dans la Chair, un Dieu né d' une femme, un Dieu crucifié, flagellé, mort, déchiré et enseveli? Un Dieu qui a créé Sa propre Mère, un Dieu qui a souffert de la faim et de la soif, un Dieu dont nous n' avons rien à craindre puisqu' Il ne nous laissera jamais périr! (D' après Saint Augustin : Sermon CXXIV). Dieu est si Bon pour nous que, non seulement après avoir créé le monde, Il a renoncé à Sa splendeur Divine pour descendre à Bethléem dans une mangeoire à bestiaux mais plus encore, Sa Bonté L' a "poussé" à S' offrir en nourriture, mystérieusement et réellement, sous le voile de la Sainte Hostie reçue en chacune de nos Eucharisties : que pouvait-Il faire de plus pour nous? On peut vraiment dire ici que la méthode de Dieu c' est toujours la méthode de l' humilité : "Jésus -dira Saint Ambroise- fut réellement la plus petite de toutes les semences... Il est devenu le plus Grand de tous les arbres... le plus Beau des enfants des hommes" (Saint Ambroise. Commentaire de Saint Luc 108-185). Cette méthode de l' humilité est aussi valable pour nous : "Il ne faut pas craindre l' humilité des petits pas et avoir confiance dans le levain qui pénètre dans la pâte et lentement la fait croître (Saint Matthieu 13, 33)... Dans l' oeuvre d' évangélisation, sous la conduite de l' Esprit-Saint, il est nécessaire de retrouver la simplicité, de revenir à l' essentiel de l' annonce : la Bonne Nouvelle d' un Dieu qui est réel et concret, un Dieu qui S' intéresse à nous" (Pape Benoit XVI. Audience générale du 28 novembre 2012). Alors que la veille de Pentecôte, le Pape François rencontrait les mouvements ecclésiaux, il n' hésita pas à rappeler que ce qui doit rester "Premier" au coeur de l' Eglise et de tout Baptié, c' est le Christ : "Qui est la chose la plus importante? - interrogeait-il- : Jésus! Si nous allons de l' avant avec l' organisation, avec d' autres choses, avec de belles choses, mais sans Jésus, nous n' allons pas de l' avant, cela ne va pas. Jésus est plus important... Vous avez tous crié sur la place : "François, François, le Pape François!". Mais Jésus où était-Il? Moi, j' aurais voulu que vous criiez : "Jésus, Jésus est le Seigneur, et Il est au milieu de nous!". Dorénavant, plus de François mais "Jésus"... Nous ne pouvons pas devenir des chrétiens amidonnés, des chrétiens trop bien élevés, qui parlent de choses théologiques alors qu' ils prennent le thé, tranquilles" (Pape François. Discours du samedi 18 mai 2013, place Saint-Piere). "Il n' est ni particulièrement difficile ni extraordinaire de connaître quelque chose du Christ, si ce n' est que pour Le reconnaître vraiment il nous faut accepter de gager notre vie sur cette reconnaissance. La question de l' identité de Jésus n' est pas simplement question d' information, de dogme ou d' exégèse des Ecritures. Il ne s' agit pas d' avoir la bonne réponse à donner aux gens qui s' interrogent sur Jésus ou de trouver dans la Bible ce qui est dit sur Lui. C' est une question de vie! Tout ce que l' histoire, l' Ecriture ou le dogme nous disent sur la Personne de Jésus, nous ne le faisons nôtre que si nous acceptons d' entrer dans le chemin qui a été le sien" (Cardinal André-Vingt-Trois. Homélie du 20 juin 2012 à Notre Dame de Paris).

- Enfin, portons notre troisième regard sur Dieu : Il est le Saint-Esprit, Il est à la fois cette Ombre "lumineuse" qui a recouverte et fécondée la Vierge Marie et ce Feu qui a embrasé d' un courage nouveau les Saints Apôtres, au jour de la Pentecôte; Il est aussi cet Elan et cette Energie nouvelle qui, depuis 2000 ans, touche des hommes et des femmes et fait jaillir en eux la Foi, la Charité, la Bonté envers les autres, l' action empressée pour ceux qui sont faibles et nécessiteux, la grâce du Pardon offert aux bourreaux et aux persécuteurs. Si nous voulons "voir" l' Esprit de Dieu à l' oeuvre dans le coeur humain, il suffit de regarder les Saints de l' Eglise qui, de Saint Etienne à Saint Maximilien Kolbe, de Saint François d' Assise au Bienheureux Jean-Paul II, de Sainte Jeanne d' Arc à la Bienheurese Teresa de Calcutta ont consenti à Son action bienfaisante : oui, dans le coeur des Saints, nous voyons ce courant de Bonté et de Fraternité, ce chemin de Lumière qui contrecarre l' égoïsme et la dureté des hommes. Nous sommes tous, mes frères, appelés à "être dans le vent"! Non pas le "vent des modes et des idéologies du jour" ni même -aussi respectables soient-elles!- des "méthodes pastorales du moment" mais appelés à être dans le Vent de l' Esprit de Dieu -le Saint-Esprit!- qui seul, nous garde vigilants, généreux, bons et inventifs "à l' infini" (disait Saint Vincent de Paul) afin de partager les joies et les souffrances des hommes de ce temps! Chacun de nous a des obligations différentes dans la vie, -des talents et des charismes différents, des états de vie qui ne sont pas semblables les uns aux autres : si nos conditions de vie, notre travail, notre vie familiale, nos relations, nos loisirs -tout ce qui fait le tissu ordinaire de notre vie-, si tout cela est différent pour chacun d' entre nous, c' est le même et unique Esprit qui habite nos coeurs et nous pousse à devenir témoins du Christ dans toutes ces situations! C' est Lui, l' Esprit-Saint, qui soutient et accompagne les chrétiens d' aujourd' hui qui se trouvent en tête de ligne et sur tous les fronts pour défendre "mordicus" la dignité de la vie humaine, la qualité de la vie personnelle et familiale, la protection de la nature, la défense des opprimés, la recherche de la paix, le partage plus équitable des ressources du monde. Ecoutons encore le Pape François : "Nous devrions tous nous demander : comment est-ce que je me laisse guider par le Saint-Esprit de manière que ma vie et mon témoignage de Foi soit d' unité et de communion? Est-ce que je porte la parole de réconciliation et d' Amour qu' est l' Evangile dans les milieux où je vis?... Moi, que fais-je avec ma vie? Est-ce que je fais l' unité autour de moi? Où est ce que je divise, à travers les commérages, les critiques, les jalousies? Que fais-je? Pensons à cela" (Pape François. Audience générale du mercredi 22 mai 2013).

En conclusion, mes frères, je vous le dis ici -et je me le redis à moi-même, pauvre prêtre de Jésus!-, la Foi -notre Foi!- est la chose la plus belle et la plus précieuse que nous possédons, la Foi -notre Foi!-, est le Trésor inépuisable qui nous assure que nous sommes les enfants du Meilleur des pères, que nous sommes les frères du plus Beau des fils, que nous sommes les amis du plus Grand des défenseurs : Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit! Plus encore, en ce jour où nous fêtons nos "mamans", la Foi nous dit aussi que dans le Ciel -et toujours près de nous!-, nous avons une Mère, -la plus Belle et la plus Douce qui soit!-, la Sainte Vierge Marie, Fille du Père, Mère du Fils et Epouse de l' Esprit : nous Lui demandons -à cette Mère chérie à qui nous disons aussi "Bonne fête Maman"!-, de nous aider à ne jamais nous éloigner de Dieu et à faire en sorte qu' Il soit toujours Grand dans notre vie : JE VOUS SALUE, MARIE... Amen.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens