Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 20:18

SIXIEME DIMANCHE DE PÂQUES. ANNEE B.

 

SAINT EVANGILE DE JESUS CHRIST SELON JEAN 15, 9-17.

 

    Sainte Cène : Jeudi-Saint.    

"Comment peut-on recevoir Jésus

 dans son coeur sans mourir de joie?".

 

  Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet,

curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.

 

Croyez-vous, mes frères, que Jésus, né de Marie, est le Fils du Dieu Unique, Vivant et Vrai?

Croyez-vous, mes frères, que "ce n' est pas nous qui avons aimé Dieu, c' est Lui qui nous

a aimés" (Saint Jean 4, 7-10)? : "Le Premier, Il nous a aimés et Il continue à nous aimer le

Premier... nous aussi, nous pouvons répondre par l' Amour". (Pape Benoit XVI. Deus Caritas est n° 17).

Croyez-vous, mes frères, que Jésus "est la Victime offerte pour nos péchés" (Saint Jean 4, 10) et

qu' à chaque Messe, Il continue la même Offrande qu' Il fit sur le Golgotha?

Croyez-vous, mes frères, que chaque Dimanche, en prenant le chemin vers cette église, que chaque

Dimanche, en vous dirigeant vers l' Autel, la Table sacrée du grand Mystère Eucharistique, nous

connaissons "déjà la Vie du Royaume" (Préface de l' Eucharistie n° II)? Le croyez-vous?

Depuis deux mille ans, tous les Saints de notre belle Eglise, tous, sans exception, n' ont pas douté un

seul instant, une seule seconde de cet Amour de Dieu qui L' a poussé à S' offrir en Victime sur la Croix!

Depuis deux mille ans, tous les Saints de notre belle Eglise, n' ont pas remis en question un seul jour

de leur existence, la Foi envers le Saint-Sacrement de l' Eucharistie : ils ont reconnu dans l' Hostie sacrée,

ils ont chanté, adoré et vénéré en elle, avec tout l' Amour dont ils étaient capables, Jésus Vivant, Jésus

Présent avec Son Corps, Son Sang, Son Âme et Sa Divinité : en cela, ils sont pour nous tous, dans

la Famille-Eglise, un appui et un modèle.

 Tenez, par exemple, savez-vous qui est la "Sainte Patronne des premiers communiants"?

 Une jeune enfant de 11 ans : morte le 12 mai 1333, il y a donc 679 ans!

Elle s' appelai Madeleine Lambertini : elle naquit en Italie (à Bolgne) en 1322, dans une famille de

la noblesse. Toute petite, elle se distingue par une grande piété : elle aime fabriquer des petits autels

devant lesquels elle priait longuement; elle a aussi une grande dévotion envers sainte Agnès, morte

martyre à Rome. Le désir le plus cher de l' enfant était de recevoir la Sainte Communion, car, à cette

époque, les enfants ne pouvaient communier qu' à partir de 14 ans. De plus, elle suppliait ses parents

de la laisser entrer au couvent des Dominicaines qui accueillaient des enfants; à force d' insister, elle

arriva à ses fins : à 10 ans, elle prit le nom d' Imelda. Là, au couvent, elle menait sa vie de Foi,

remplissant joyeusement les devoirs qui lui incombaient. Son coeur était toujours habité par un intense

désir : recevoir le Corps du Christ! "Je vous en prie -disait-elle-, expliquez-moi comment on peut recevoir

Jésus dans son coeur sans mourir de joie?". Ni les religieuses ni son confesseur n' accedèrent à son

désir puisqu' elle n' avait pas l' âge requis. Cependant, un jour qu' elle était à la chapelle, au moment

de la Communion, une Hostie s' éleva hors du ciboire et vint se placer au-dessus de la tête d' Imelda.

Le prêtre, stupéfié par le prodige dont il était témoin, s' approcha avec la patène, recueillit la Sainte

Hostie et la donna en communion à l' enfant. Imelda se prosterna longuement, si longuement que les

religieuses s' en vinrent pour la relever : la jeune communiante, le visage extatique, était morte : morte

de joie et d' Amour à l' heure où elle accueillait le Corps Eucharistique de Jésus :

"Comment peut-on recevoir Jésus dans son coeur sans mourir de joie?".

Surnommée "la Fleur de l' Eucharistie", Immelda fut béatifiée par le Pape Léon XII en 1826 et déclarée

"Patronne des premiers communiants" par le Pape Pie X, en 1910.

  Par-delà les siècles, la jeune Imelda Lambertini et tous les amoureux de l' Eucharistie nous redisent

l' Amour profond et la grande vénération que nous devons avoir pour ce Sacrement que l' on appelle

à juste titre le Saint-Sacrement : "C' est un Bien précieux, un Trésor dont la valeur ne peut être mesurée,

c' est le Pain de la Vie, c' est Jésus Lui-même qui Se fait Nourriture, Soutien et Force, pour notre

chemin de chaque jour et Route ouverte vers la Vie Eternelle, c' est le Don le plus grand que Jésus

nous a laissé". (Pape Benoit XVI. Audience générale du 4 août 2010).

Beaucoup de chrétiens se dispensent sans regret de la Messe du Dimanche : ils s' en disculpent

à bon compte : "Ces fidèles ne voient-ils donc pas à quel point ils se privent de réserves intérieures et

de découvertes merveilleuses, destinées à nous inonder de paix et à changer notre existence... La

Messe n' est pas à confondre avec une sorte de "jouet pieux" qu' on peut casser sans danger. L' Eglise

est issue de la Sainte Cène. Et c' est à cette source qu' elle trouve sa pleine signification : le partage

d' un Amour incroyable... A la Messe, l' essentiel ne vient pas de nous mais du Christ Lui-même, qui,

en nous entraînant dans l' élan de Son propre Sacrifice, agit au plus profond de nous-mêmes pour

nous guérir, nous régénérer, nous sortir de notre autosuffisance et nous transformer en héritiers

de Dieu... Il vient nous insérer dans le grand courant de vie, de beauté, d' Amour qu' Il a mis en

route en fondant l' Eglise. C' est fabuleux, c' est éblouissant lorsqu' on y pense : pouvoir ainsi se

laisser rencontrer, éclairer, orienter, par le Christ Ressuscité Lui-même!".

 (Mgr Léon Arthur Elchinger. David contre Goliath aujourd' hui. Fayard 1991 pages 300-304).

C' est le sens de la prière qui sera prononcée après la Communion :

"Seigneur, fais-nous prendre des forces neuves à cette Nourriture qui apporte le Salut".

Le Pape Jean-Paul II (+ 2 avril 2005) n' a cessé de demander "que les choses saintes soient

traitées saintement" (Lettre apostolique du 4 décembre 1988 pour le 25 ème anniversaire de

"Sacrosanctum concilium" sur la Sainte Liturgie). Le Pape Benoit XVI ira dans le même sens :

Adorer le Dieu de Jésus Christ qui S' est fait Pain rompu par Amour, est le remède le plus

valable et radical contre les idolâtries d' hier et d' aujourd' hui. S' agenouiller devant l' Eucharistie

est une profession de liberté : celui qui s' incline devant Jésus ne peut et ne doit se prosterner

devant aucun pouvoir terrestre, aussi fort soit-il.

Nous les chrétiens nous ne nous agenouillons que devant Dieu, devant le Très Saint Sacrement,

parce qu' en lui nous savons et nous croyons qu' est Présent le seul Dieu Véritable, qui a créé le

monde et l' a aimé au point de lui donner Son Fils Unique (Saint Jean 3, 16). Nous nous prosternons

devant un Dieu qui S' est d' abord penché vers l' homme... pour le secourir et lui redonner vie...

Adorer le Corps du Christ veut dire croire que là, dans ce morceau de Pain, Se trouve réellement

le Christ,qui donne son vrai sens à la vie, à l' univers immense comme à la plus petite créature,

à toute l' histoire humaine comme à l' existence la plus courte... Celui devant lequel nous nous

prosternons ne nous juge pas, ne nous écrase pas, mais nous libère et nous transforme.

Voilà pourquoi se rassembler, cheminer, adorer nous remplit de joie".

(Pape Benoit XVI. Homélie du jeudi 22 mai 2008 pour le "Corpus Domini" à sainte Marie Majeure).

Cela nous interroge tous : traitons-nous saintement ce Saint-Sacrement?

 Comment vivons-nous et célébrons-nous la Sainte Messe?

 Comment nous y préparons-nous intérieurement et extérieurement?

Elle avait raison, la petite Imelda de poser cette question, si simple et si profonde, qui nous interroge

ici et maintenant, dans cette église :

"Comment peut-on recevoir Jésus dans son Coeur sans mourir d' Amour?".

Allons plus loin, mes frères :

comment ne pas vibrer d' Amour pour Celui qui Se donne à nous sous le voile de la Sainte Hostie?

Comment ne pas, durant la semaine qui vient, vivre d' Amour et irradier la joie d' avoir reçu Celui

qui, en ce jour, nous dit à tous :

"Vous êtes Mes amis si vous faites ce que Je vous commande!".

Prions pour qu' il en soit ainsi, avec l' aide de Dieu,

le Père,

le Fils et

le Saint-Esprit.

Amen.

 

Imelda Lambertini : 12 mai. Sainte Patronne des Premiers Communiants.

Bienheureuse Imelda Lambertini,

"la Fleur de l' Eucharistie".

 

"Que les choses saintes

soient traitées saintement!".

 

 Pape Jean-Paul II.

 

     PopeBen5.jpg 

Le Pape Benoit XVI donnant la Sainte Communion.  

 

"Là, dans ce morceau de Pain,

Se trouve réellement le Christ,

qui donne son vrai sens à la vie,

à l' univers immense comme à la

plus petite créature".

 

Pape Benoit XVI.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens