Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 07:54

    La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. 

 

SAINT EVANGILE DE JESUS CHRIST SELON SAINT LUC 2, 41-52.

 

"Chrétien!

Occupe-toi des affaires de

ton Père du Ciel!". 

 

    Champaigne.jpg 

 

Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet,

curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.

 

Il y a quelques jours, mes frères, nous avons quitté un Nouveau-Né, fragile et vulnérable

dans les Bras de Marie : un "Petit Jésus" qui avait tout à apprendre de la vie. Or, voici qu' en

ce jour, la liturgie de l' Eglise nous fait enjamber les années puisque le "Bébé" d' hier est un

jeune adolescent de douze ans.

Le Saint Evangile de Luc (2, 41-52) nous rapporte que le jeune Jésus, parti à Jérusalem, a disparu

du regard de Marie et de Joseph! On imagine aisément l' angoisse et l' affolement du jeune couple 

passant trois jours à chercher leur fils, l' inquiétude au coeur, les larmes au bord des yeux! Enfin, -Dieu

soit loué!-, ils Le retrouvent : leur "fugueur de fils" est assis dans le Temple "au milieu des docteurs de

la Loi : Il les écoutait et leur posait des questions". Marie et Joseph sont à la fois "stupéfaits" par ce qu' ils

voient et intrigués par l' attitude de Jésus qui S' est échappé sans le leur dire :

"Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela?

Vois comme nous avons souffert en Te cherchant!"

Ces trois jours de disparition de l' Enfant-Jésus ont été un "véritable calvaire" : ils sont comme une

"répétition" générale de la Passion à venir de Jésus : trois jours pour être trahi, arrêté, jugé, torturé, enfoui

dans un tombeau! Aussi, Marie emploie un mot très fort pour dire sa douleur intime, douleur partagée avec

Son époux : ODUNOMENOI -mot grec synonyme de torture- : "Vois, Jésus, comme ton père et moi nous

étions mis "à la torture" de T' avoir perdu!". "Pour Marie, quelque chose de l' épée de la souffrance dont

avait parlé Siméon (Saint Luc 2, 35) devient perceptible à cette heure-là. Plus une personne se rapproche

de Jésus, plus elle est entraînée dans le Mystère de Sa Passion".

(Pape Benoit XVI. L' enfance de Jésus. Flammarion 2012 page 177). 

    Non seulement le "fugueur" retrouvé ne se justifie pas, ne se confond pas en excuses mais Il S' étonne :

"Comment se fait-il que vous M' ayez cherché?

C' est chez Mon Père que Je dois être!".

Décidément tout cela devient difficile à comprendre : cet Enfant "sort de l' ordinaire". Dans le Temple,

Marie et Joseph découvrent Jésus sous un jour nouveau, sous un angle qu' ils n' avaient pas encore perçu :

ils ne Le comprennent plus tout à fait : Sa personnalité s' est affermie!

"C' est chez Mon Père que Je dois être" : en parlant ainsi, Jésus nous dévoile la grande oprtion de Sa Vie :

enfant, adolescent, adulte, toutes les étapes de Sa Vie sont orientées vers le Père du Ciel : qui, mieux que

Lui, Jésus, Le connaît? Il ne fait qu' Un avec Lui (Saint Jean 10, 22-30), Il est Son familier, Son intime :

"Il était au Commencement auprès de Dieu... comme Fils Unique, plein de Grâce et de Vérité".

 (Saint Jean 1, 1...); "Il est à tu à toi avec le Père. Il vit en Sa présence" (Cf. Pape Benoit XVI cité plus

haut, page 181); Il est venu pour constituer avec nous une seule et unique Famille : dans la seconde

lecture, Saint Jean vient de nous le rappeler : "Le Père... a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu". 

Une leçon s' impose donc à nous tous, en ce jour : à la suite de Jésus, notre Seigneur et notre Frère aîné,

il nous faut, nous aussi, nous occuper des affaires de notre Père du Ciel :

- en premier lieu, il faut nous occuper de notre vie intérieure, de notre vie spirituelle; prendre le temps -et

on le trouve toujours pour ce que l' on veut, mes frères!-, de nous arrêter, de rejoindre notre Père dans le

"Temple intérieur" de notre âme, de crier "vers le Dieu Vivant" -comme le chante le Psaume

de ce jour (Psaume 83), de nous réfugier près du Père comme "l' oiseau s' est trouvé un nid"!...

"Avons-nous vraiment de la place pour Dieu?-s' interrogeait dans l' homélie de la nuit de Noël 2012 le

Pape Benoit XVI-. Avons-nous vraiment de la place pour Dieu, quand Il cherche à entrer chez nous?...

Plus nous pouvons nous déplacer rapidement, plus les moyens qui nous font gagner du temps deviennent

efficaces , moins nous avons du temps à disposition. Et Dieu? La question Le concernant ne semble

jamais urgente... Là où on ne rend pas gloire à Dieu, là où Dieu est oublié ou même renié, il n' y a pas 

non plus de paix". (Pape Benoit XVI : Homélie du 24 décembre 2012 à Saint Pierre de Rome). 

  "Il faut comprendre la fierté du Chrétien... il est appelé à une immense aventure de tous les instants;

à chaque battement de son coeur, il est appelé à découvrir quelque chose de merveilleux, d' inépuisable 

et qui est éternel, aujourd' hui. C' est aujourd' hui qu' il faut entrer au Ciel, dans ce Ciel intérieur à

nous-mêmes, par la rencontre, dans le secret de notre coeur, avec cet Amour Infini qui est le Dieu

Vivant... Chacun de nous peut transformer le monde, s' il laisse passer à travers son visage, à travers

son sourire, à travers son amitié, cette Présence du Seigneur".

(Abbé Maurice Zundel. Ton Visage ma Lumière. Desclée 1989 pages 246 et suiv.); s' occuper des "affaires"

de Dieu ne concerne pas seulement la vie de prière et de piété mais cela concerne aussi notre

rapport au monde, notre rapport à la société dans laquelle nous sommes immergés, d' où :

- en second lieu, s' occuper des "affaires de notre Père du Ciel", c' est ne rien négliger de tout ce

qui touche à la vie de l' homme, à sa dignité, à sa grandeur et disons-le aussi à son "mystère" :

nous ne devons pas nous laisser "prendre par la tentation d' un faux spiritualisme qui nous arracherait

au service de l' homme et des hommes" (Monseigneur Joseph Duval, à Lourdes en 1992- Discours

d' ouverture de l' assemblée plénière des évêques du 24 au 30 octobre 1992).

C' est la raison pour laquelle, mes frères, l' Eglise -par la voix de ses pasteurs mais aussi de chrétiens

engagés dans divers mouvements-, s' efforce de proposer des lignes de conduite pour la vie de tous

les jours -elle propose non pas des directives mais des directions!- afin que les disciples du Christ et

aussi les hommes de "bonne volonté" puissent agir et se conduire en ce monde comme des hommes

    et des femmes dignes de ce nom et participer ainsi à une société plus juste et fraternelle où

chacun a sa place et où il fait bon vivre! Bien sûr, cela ne va pas sans rencontrer

     des hostilités, des prises de position qui voudraient reléguer le rôle de l' Eglise

et des chrétiens dans les églises et les fonds de sacristie : "De quoi se mêle L' Eglise? -pensent ses

détracteurs! La Foi est du domaine du privé! Que l' Eglise dise ce qu' elle a à dire mais dans "ses

temples"; qu' elle parle de Dieu mais qu' elle n' entre pas dans le champ de la vie concrète! Qu' elle

se même de "ses oignons" -pour reprendre la réplique cinglante de l' amiral Joybert (le 14 juillet 1973)

à la télévision française : "Halte-là, messieurs de la prêtrise! Voulez-vous, s' il vous plaît, vous mêler

de vos oignons!". Ce serait oublier, frères et soeurs, qu' au cours de son histoire bi-millénaire,

l' Eglise du Christ a accumulé une expérience certaine sur un grand nombre de questions et c' est

la raison pour laquelle elle a beaucoup de choses à dire à la société : certes, elle ne propose pas

un monde "idéal", elle ne cherche pas à décrire une "société chrétienne", mais elle propose et

indique ce qui est compatible avec l' Evangile, ce qui est compatible avec ce que le Christ a révélé!

Jean-Jacques Rousseau (+ 2 juillet 1778) a dit un jour : "J' ai dit le bien et le mal avec la même

franchise, je n' ai rien tu de mauvais... J' ai dit des vérités aux hommes, ils les ont mal prises,

je ne dirai plus rien!" : l' Eglise -à l' opposé de Rousseau- n' appartient pas à ceux qui reculent

-au risque d' être incomprise, moquée, rejetée voire persécutée!-, au risque de faillir à sa mission,

l' Eglise doit éviter à tout prix -comme nous le lisons au prophète Isaïe (56, 10)-, d' imiter "les

chiens muets, incapables d' aboyer et qui aiment à sommeiller"! 

Le Cardinal Roger Etchegaray rappelait que : "L' Evangile que l' Eglise porte dans ses mains humaines,

nous apprend que Dieu est la liberté de l' homme. Si, dans la société, l' homme est placé comme

fondement de l' homme, plus que d' une tautologie, il s' agit d' une supercherie. S' il n' est pas lui-même

ancré sur un horizon de transcendance qui le rend inappropriable par les pouvoirs quels qu' ils soient,

c' est en vain que la société bâtira sur terre la maison de la justice et de la paix".

(Conférence du 22 août 1992  sur "La société libérale et l' Eglise catholique" donnée au

colloque des Sciences humaines de Vienne-Autriche).

Avec des accents prophétiques -qui gardent toute leur force y compris pour notre société française!-,

le Bienheureux Pape Jean-Paul II -le dimanche 7 octobre 1979- dans une homélie prononcée à Washington,

 sur "la Famille" rappelait qu' en raison de la Venue de Jésus sur notre terre (l' Incarnation) et de Sa

mort sur la Croix (la Rédemption), l' Eglise se devait d' être la protectrice de notre vie, dans tous ses

aspects : il disait :

"Nous réagirons chaque fois que la vie humaine est menacée.

 Lorsque le caractère sacré de la vie avant la naissance sera attaqué, nous réagirons pour proclamer que

personne n' a le droit de détruire la vie avant la naissance.

Lorsque l' enfant sera considéré comme une charge, ou comme un moyen de satisfaire un besoin émotionnel,

nous interviendrons pour rappeler que chaque enfant est un don unique et sans pareil de Dieu qui a droit à

une famille unie dans l' Amour.

Lorsque l' institution du mariage sera abandonnée à l' égoïsme humain ou réduit à un accord temporaire et

conditionnel qui peut être facilement rompu, nous réagirons pour affirmer l' indissolubilité du lien du mariage.

Lorsque la valeur de la famille sera menacée par des pressions sociales et économiques, nous réagirons en

affirmant que la famille est "nécessaire non seulement pour le bien privé de chaque personne, mais encore 

pour le bien commun de chaque société, nation et Etat" (Audience générale du 3 janvier 1979).

Lorsque la liberté sera utilisée pour dominer les faibles, pour gaspiller les richesses naturelles et l' énergie

et pour refuser aux hommes les besoins essentiels, nous réagirons pour réaffirmer les exigences de

la justice et de l' amour social. 

Lorsque les malades, les personnes âgées ou les moribonds seront abandonnés à leur solitude, nous

réagirons en proclamant qu' ils sont dignes d' Amour, de sollicitude et de respect".

Frères et soeurs, la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph nous redit, en jour, par quel chemin Dieu

est venu nous rejoindre : le Dieu d' avant les siècles a voulu naître, vivre, grandir entouré de l' Amour

d' une Mère et de l' attention protectrice d' un père : plus que jamais, en ces temps où la Famille est

malmenée et désorientée par des choix lourds de conséquence, tournons-nous vers notre Père du Ciel

avec cette prière qui a jaillie du coeur de Mère Tersa de Calcutta :

"Père céleste,

Tu nous as donné en la Sainte Famille de Nazareth un modèle de vie.

O Père aimant,

aide-nous à faire de notre famille un autre Nazareth où l' amour,

la paix et la joie règnent.

Que nous puissions être profondément contemplatifs, intenséments

eucharistiques et vibrants de joie.

Aide-nous à rester unis dans la joie comme dans la peine grâce

à la prière en famille.

Apprends-nous à voir Jésus dans les membres de notre famille,

spécialement dans les moments douloureux.

Fais que le Coeur Eucharistique de Jésus rende nos coeurs doux et humbles

comme le Sien et qu' il nous aide à accomplir saintement nos devoirs familiaux.

Que nous nous aimions les uns les autres comme Dieu aime chacun de nous,

de plus en plus chaque jour, et que nous pardonnions nos offenses comme

Tu pardonnes nos péchés.

O Père aimant,

aide-nous à recevoir tout ce que Tu nous envoies et à donner généreusement

tout ce que Tu demandes avec un grand sourire.

Coeur Immaculé de Marie, Cause de notre Joie, prie pour nous.

Saint Joseph, prie pour nous.

Saints Anges gardiens, soyez toujours avec nous,

guidez-nous et protégez-nous".

Amen.

la-famille.jpg 

 

"Seigneur, accorde à nos familles,

 d' être unies par les liens de Ton Amour,

avant de nous retrouver pour l' Eternité

 dans la joie de Ta Maison!".

 

Pape Benoit XVI et enfants.

 

"Là où on ne rend pas gloire à Dieu,

 là où Dieu est oublié ou même renié,

 il n' y a pas non plus de paix".

 

Pape Benoit XVI.

Homélie du lundi 24 décembre 2012. 

 

 

  Cliquez ci-dessous pour lire :

 

La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Concile Vatican II : Gaudium et Spes n° 22.  

 

 

 

La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Année C. Commentaire de monseigneur Vincenzo Paglia.  

 

 

La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Pape Benoit XVI.  

 

Joseph et Jésus. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens