Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 10:58

DEUXIEME DIMANCHE DE CARÊME. ANNEE B.

 

SAINT EVANGILE DE JESUS CHRIST SELON MARC 9, 2-10.

 

"Quelqu' un peut-il à travers moi,

reconnaître le Visage du Christ?".

 

Antoine Bloom.

 

Christ transfiguré.

 

Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet,

curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.

 

Pendant des jours, des semaines, des années, les Apôtres, Pierre, Jacques et Jean,

ont vécu, marché, parlé, mangé avec Jésus : ils ont appris à Le connaître; ils ont appris

à L' accueillir comme le Bon Maître dont l' Amour ne déçoit jamais!

Aujourd' hui, au sommet du mont Thabor, ce Visage si familier de Jésus prend un éclat

inattendu : Jésus est transfiguré devant eux! "Ses vêtements devinrent resplendissants,

d' une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille".

Jésus est plus rayonnant que Moïse (Exode 34, 29), plus lumineux qu' Elie (2 Rois 2, 11) :

Jésus est véritablement le Rayonnement du Père et Créateur de tout :

Dieu né de Dieu, Lumière née de la Lumière, Vrai Dieu né du Vrai Dieu!

Dans le Visage du Christ, l' Eglise -et nous, avec elle!-, contemple son Trésor, sa Joie :

qu' il est doux et bienfaisant le "souvenir" de Jésus, source de la vraie Joie du coeur!

Mes bien chers frères,

si nous nous retrouvons tous les dimanches pour chanter la  Gloire de Dieu,

si nous sommes imprégnés du sens de la Grandeur et de la Tendresse de Dieu pour nous,

si nous sommes convaincus, devant cet Autel, que Jésus peut redire à chacun :

"Je t' aime tellement que, Mon Calvaire, Ma Passion, pour toi, Je serais prêt à les recommencer;

pour toi, Je serais prêt à reprendre le chemin du Golgotha;

oui, ce n' est pas pour rire que Je t' ai aimé!";

si nous prenons conscience de cela, comment voulez-vous que nous ne ressortions pas de

cette église avec une grande joie et un désir plus grand de partager aux autres le témoignage

de ce Visage d' Amour qui S' est révélé en Jésus, pour la suite des siècles?

La Transfiguration du Seigneur vient, en premier lieu, nous redire le bonheur de la Foi :

"Il est heureux que nous soyons ici!" s' exclamait Pierre sur le Thabor!

C' est un bonheur durable et profond pour un chrétien de mettre Jésus dans sa Vie,

de reconnaître en Jésus, le Fils Unique du Père, la Main de Dieu qui nous est, constamment,

offerte, comme le disait saint Amédée de Lausanne :

  "La Main de Jésus est remplie, pour nous, de remèdes et de médicaments; elle écarte tout

ce qui conduit à la mort; elle a brisé les portes de l' enfer; elle a ouvert le Ciel; elle est venue

délivrer les prisonniers, éclairer les aveugles, redonner la joie aux affligés, abriter sous

son ombre ceux qui peinent, toucher et bénir le coeur de ceux qui prient, les affermir dans

l' Amour par son contact, les faire progresser dans leurs oeuvres, nous conduire à  la Patrie

et nous ramener au Père". (D' après la 4 ème homélie mariale : SC 72).

En second lieu, la Transfiguration du Seigneur, nous redit que l' horizon ultime de notre vie,

c' est Dieu : nous sommes faits pour la Lumière, une Lumière qui n' a pas son pareil sur cette terre :

notre horizon, notre dernière demeure ne sera pas l' obscurité d' un tombeau mais la Joie

du Paradis!  La "montée" vers le ciel est semblable à une escalade en montagne, vers les hauts sommets :

on ne s' y aventure pas à l' aveuglette : on y apporte tout le nécessaire pour parvenir au but : dans

notre bagage, il faut d' abord une boussole fiable : le Christ qui est le Guide incomparable sans

qui nous ne pouvons rien faire car Il connaît le juste chemin (Psaume 22); 

il faut aussi une carte qui nous indique les bons sentiers à prendre et les ravins dangereux à éviter :

ce sont les textes sacrés de la Parole de Dieu, le Saint Evangile : ils nous permettent de

"retrouver Dieu", de nous mettre à Son écoute : contrairement à ce qui est montré dans certains

lieux, l' Evangile n' est pas un show enflammant un stade, comme un feu de paille qui ne dure pas.

Il est au contraire une Parole qui, sans se lasser, nous appelle à aller de l' avant, à avancer

au large (Duc in altum!) et à nous ouvrir à ceux qui nous entourent.

Dans cette traversée, qui à certaines heures peut être éprouvante, il faut aussi une Nourriture et

un Breuvage afin de ne pas défaillir en route, de reprendre,si nécessaire, des forces, sinon la

route serait trop longue : ce sont les Sacrements -tout particulièrement la Sainte Eucharistie, le

Pain des Forts, le Pain de l' homme en route vers le But suprême! Il y a aussi, pour soigner les

blessures de toutes sortes, le remède du Sacrement de la Réconciliation qui désinfecte et

décontamine le coeur et l' âme, nous déleste des bagages trop encombrants et rend le chemin 

plus léger en nous donnant un enthousiasme nouveau dans notre montée vers Dieu; enfin,

une corde peut être utile, le chapelet, cette corde qui nous relie à Dieu, le chapelet qui est

"un rayon de l' Evangile" -selon le mot de Charles Péguy-, ce chapelet qui est simple et

humble comme Le fut Jésus, comme le fut Marie et qui nous assure la Présence toute maternelle

  à nos côtés, de la Reine du Paradis, notre Bonne Mère du Ciel,

qui nous attend sur la Montagne de Dieu où Elle vit désormais dans la Gloire!

Saint Dominique Savio, mort à quinze ans le 9 mars 1857, disait avec un coeur enfammé :

"Nous aimerons la Sainte Vierge de tout notre coeur.

Nous Lui demanderons aussi de nous protéger pendant la vie et surtout à l' heure de la mort!".

Oui, mes frères, combien nous devons solliciter notre Mère du Ciel afin que Jésus reste

toujours le Grand Aimé, le Grand Amour de notre vie! 

"L' immortalité chrétienne a pour caractère d' être l' expansion d' une amitié -disait le Père Festugière,

dominicain-. Qu' est-ce en effet que le Paradis sinon l' accomplissement définitif de l' Amitié

avec le Christ et entre nous? Peu importe ensuite où l' on se trouve.

Le Ciel est en vérité là où est le Christ. Ainsi le coeur qui aime ne désire pas d' autre joie que 

celle de vivre toujours auprès de l' aimé". 

La mission de l' Eglise est de rappeler, tout au long des siècles et jusqu' à ce jour, tout ce que

Dieu a fait et réalisé pour nous : Dieu est né, un Jour du temps, Dieu a vécu la condition humaine,

Dieu a accepté que l' on porte la main sur Lui, qu' on Le calomnie, qu' on s' accorde pour Lui ôter

la vie, qu' on Le conduise sur la montagne du Golgotha pour y être sacrifié comme un agneau

et qu' on L' enferme dans le filet de la mort! (Psaume 30).

L' Eglise est là pour nous aider à maintenir vivant ce lien avec le Seigneur, ce Seigneur qui

est à l' origine et au terme de notre vie : "L' Eglise n' existe pas pour elle-même, elle n' est pas

un point d' arrivée, mais elle doit renvoyer au-delà d' elle-même, vers le haut, au-dessus de nous.

L' Eglise est vraiment elle-même dans la mesure où elle laisse transparaître l' Autre -avec un "A"

majuscule- de qui elle provient et à qui elle conduit. L' Eglise est le lieu où Dieu "arrive" à nous,

et où nous, nous "partons" vers Lui".

(Pape Benoit XVI. Homélie du dimanche 19 février 2012 pour la création de nouveaux cardinaux).

"Suis-je chrétien?" : chacun de nous, en ce temps du Carême, doit se soumettre à cette question!

"Suis-je chrétien? Quelqu' un peut-il, à travers moi, reconnaître le Visage du Christ, sentir l' Amour

du Christ dans les battements de mon coeur... dans mes paroles et mes pensées... dans ma

façon de me comporter envers la vie, envers chaque homme, envers Dieu?".

(Monseigneur Antoine Bloom. In "Le Sacrement de la guérison". Cerf page 38).

"Dieu -disait l' abbé Maurice Zundel-, ce n' est pas quelqu' un dont on parle, c' est quelqu' un

que l' on respire, que l' on communique par l' atmosphère qui émane de nous.

Si vous êtes constamment en communion avec Dieu, cela se sent autour de vous.

Il n' y a pas d' action religieuse : c' est toute la vie qui est religieuse, toute la vie ou rien".

(Abbé Maurice Zundel. In "Avec Dieu dans le quotidien". Saint Augustin 1991 page 81). 

Frères et soeurs, nous sommes faits pour la Lumière que les Apôtres ont entrevue sur le

Thabor et qui brillait de tous ses feux le Matin de Pâques,

 cette Lumière que jamais plus personne ne pourra détruire,

cette Lumière qui s' appelle Jésus, Dieu né de Dieu, Lumière de la Lumière :

tant que nous sommes sur cette terre, pélerins en route vers la Cité de Dieu,

marcheurs infatigables vers la Montagne du Dieu Vivant et Vrai, 

vivons, croyons, aimons, espérons, parlons, agissons,

 prions et mourrons comme les enfants de cette Lumière

à laquelle nous appartenons et vers laquelle nous marchons dans la Foi. 

Qu' il en soit ainsi pour nous tous!

Amen. 

 

Autres homélies à lire

en cliquant ci-dessous :

 

Deuxième Dimanche du Carême. Année B. Pape Benoit XVI. Prière de l' Angelus.

 

Deuxième Dimanche de Carême. Année C. Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet, curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.

 

Deuxième Dimanche de Carême. Année A.Solennité de Saint Joseph, époux de la Vierge Marie. Homélie de l' abbé Jacques de Mesmay, supérieur du grand-séminaire de Bayonne.

 

6 août : Transfiguration du Seigneur Jésus. Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet, curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.  

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens