Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 10:26
QUATRIEME DIMANCHE DE CARÊME. ANNEE C.
 
EVANGILE DE JESUS CHRIST SELON SAINT LUC 15, 1-32.
 
 "Viens à la maison,
y'a le printemps qui chante...
un beau matin, tu vas renaître!".
 Mon enfant! Mon petit! Reviens!
 
CA1GXUSF.jpg
 
Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet,
curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.
 
Cette page d' Evangile est véritablement une Bonne Nouvelle : notre Dieu est riche, prodigue en Amour, en Patience, en Miséricorde. Nous n' avons pas de mal à "identifier" Dieu notre Père sous les traits du père de celui que l' on qualifie d' "enfant prodigue" : comme il est réconfortant que Jésus nous révèle un tel Dieu!
Qui n' est pas ému de découvrir cet homme qui attend de tout son être son fils, parti au loin "faire la bringue" et céder à "l' appel des sirènes" de l' argent, du sexe et de la vie facile? A moins d' avoir un coeur de pierre -disait Charles Péguy- qui entendrait cette parabole sans pleurer? : "Celui qui l' entend pour la centième fois, c' est comme si c' était la première fois... C' est la Parole de Jésus qui a eu le plus grand retentissement dans le monde. Qui a trouvé la résonance la plus profonde dans le monde et dans l' homme. Au coeur de l' homme, au coeur fidèle, au coeur infidèle" (Charles Péguy. Le porche du mystère de la deuxième vertu).
Qui n' est pas émerveillé de découvrir ce père aller à la rencontre de son fils, devenu une sorte de "mort-vivant, de "traîne-savates" recouvert de guenilles et sentant la porcherie? De ses bras protecteurs, le père enlace le "revenant" et lui donne, sans aucune retenue ni répulsion, le baiser de la réconciliation. La misère du fils disparaît dans la Miséricorde du père "comme une goutte d' eau disparaît dans un brasier ardent" dira Sainte Thérèse de l' Enfant-Jésus.
En plein coeur du Carême, cette page d' Evangile nous engage à nous convertir, à revenir nous aussi vers notre Père du Ciel, à nous repentir de nos fautes et de nos égarements, à regarder sérieusement ce qui abîme et souille notre vie, notre âme, ce qui les infecte comme la nourriture répugnante des cochons dont se nourrissait le pauvre garçon : "Il n' y a pas de plus grande joie pour Dieu que de nous voir rentrer chez Lui, nous qui sommes Ses enfants. Et plus nous revenons de loin, plus Sa Joie est grande" (Cardinal Schönborn. Pensées sur l' Evangile de Luc. Parole et Silence 2006 page 158). Nous savons tous, par expérience qu' aucun d' entre nous ne peut mener une vie chrétienne à cent pour cent, sans doutes et sans péchés : "Nous devons reconnaître que nous sommes en chemin, que nous devons et que nous pouvons apprendre... Parvenir à la conversion est un acte de vie qui se réalise dans la patience d' une vie... Nous ne pouvons pas faire de nous-mêmes des chrétiens parfaits d' un jour à l' autre... avec courage, il faut recommencer. Le Seigneur me guide, le Seigneur est généreux et avec Son Pardon, je vais de l' avant" (Pape Benoit XVI. Discours du jeudi 22 février 2007 au clergé de Rome). C' est d' ailleurs pour cette raison -redisons-le ici avec insistance!- que le Seigneur a institué le Sacrement de la Réconciliation : ce Sacrement est un "réservoir inépuisable" de la Miséricorde, qui nous remet en route, dans la bonne direction, qui nous permet d' aller de l' avant! Banissons de notre esprit que ce Sacrement serait une sorte de "mini-torture humiliante" : ce n' est pas cela du tout ou alors nous n' avons rien compris et il est temps de voir ce Sacrement sous un jour nouveau, dans sa pleine réalité : "Il ne s' agit pas de mettre sur la table trois ou quatre péchés, pour qu' ils soient annulés, mais d' une immersion baptismale dans la Puissance de l' Esprit : Seigneur, purifie-moi, éclaire-moi, illumine-moi. Je ne demande pas seulement, dans cette confession, que soit annulé tel ou tel péché, mais que mon coeur soit changé, qu' il y ait en moi moins de lourdeur, moins de tristesse, moins de scepticisme, moins d' orgueil. Je ne sais peut-être pas par où commencer, mais je mets tout cela dans la Puissance du Crucifié et du Ressuscité par la Puissance de l' Eglise" (Cardinal Carlo Maria Martini). Cette parabole, mes frères, "tombe à point" : par-delà les siècles, elle nous redit à tous, en ce moment, qu' il n' y a qu' un seul Visage qui peut nous aider à nous voir tels que nous sommes, dans notre nudité, sans nous meurtrir, sans nous écraser, sans nous mépriser; cette parabole nous redit aussi qu' il n' y a qu' un seul Regard qui puisse nous décaper sans nous brutaliser et nous donner, au contraire, toutes les forces de conversion, de guérison et de survie dont nous avons besoin! Ce Visage, ce Regard, ce sont ceux du Père dont la Main "toute pleine de remèdes et de médicaments a guéri toute maladie, dont la Main a écarté tout ce qui conduit à la mort, dont la Main a brisé les portes de l' enfer pour nous ouvrir le Ciel" (Saint Amédée de Lausanne. Quatrième homélie mariale : SC 72). Ce Visage et ce Regard sont prêts à nous donner "l' accolade de la Réconciliation" sans aucune répulsion ni sans s' arrêter sur le fait que nous serions tombés parfois très bas, au rang des "cochons" dont le fils repenti partageait les restes! Mettons-nous donc en route vers le Coeur Miséricordieux du Père qui veut nous réconcilier avec Lui, sans aucune crainte ni retenue mais en grande confiance -comme le disait le Père Louis-Edouard Cestac : "A confiance sans limite, Bonté sans mesure!".
Chrétien! En te confessant, tu seras arraché à l' aliénation, tu seras rendu à toi-même, tu te rapprocheras de ton enfance neuve; en te confessant, tu accueilleras un rayon de Tendresse qui coule du Regard de Jésus, tel un rayon laser qui, par sa densité, son intensité, élimine et refaît un tissu trop largement abîmé, décode la musique secrète, gravée au fond de ton coeur; en te confessant, tu te replaces à l' intérieur du Regard de Dieu : ce Regard qui depuis toujours et pour toujours, te contemple dans le désir de Son Amour. Regard aveugle au Mal, car Il est l' Être. Regard qui ne voit que le reflet en toi de Sa Sainteté aussi ternie soit-elle. A chaque confession, tu sors plus transparent de la Beauté de l' Agneau. Opération chirurgicale, la confession? Oui, mais de chirurgie esthétique! Opération à coeur ouvert. Chaque confession est une Résurrection. (D' après le Père Daniel Ange).
Allez, mes frères, laissons Dieu nous "refaire une beauté" en allant nous confesser : écoutons-Le nous dire :
      "Mon enfant! Mon Petit!
Viens! Reviens à Moi!
Viens à la maison, y'a le printemps qui chante...
Le temps passera et tu me diras :
"Tout mon passé, il est loin déjà".
Tu ouvriras une fenêtre,
un beau matin, tu vas renaître!
Reviens à la Maison,
reviens et   laisse-toi réconcilier!
Moi, ton Père, Je t' attends!
Je Suis Ta Maison!
Je Suis ton Pardon!
Je Suis Ta Vie!
Mon enfant! Mon petit! Reviens!
Amen.         
filsprodigue.jpg
 Chrétien! N' en doute pas!
Le prêtre qui t' accueille dans ce Sacrement est un "frère" : il est dans la même barque que toi! S' il n' a pas fait les mêmes péchés que toi, il en a commis aussi dont il n' est pas fier! La plupart des prêtres quand ils donnent ce Sacrement sont émerveillés par ceux qui viennent, par la beauté de leur démarche et leur désir de recevoir le Baiser du Père Céleste : ils n' en ont que plus d' estime!
 
image004.jpg
"Opération chirurgicale, la Confession?
Oui, mais de chirurgie esthétique!
Opération à coeur ouvert.
Chaque Confession est une Résurrection!".
Père Daniel Ange.
 
Cliquez ci-dessous pour lire :
 
Homélie prononcée en 2010 :
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens