Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 10:49

24 juin : Nativité de Saint Jean-Baptiste.

 

Vrai témoin de la Lumière!

 

Jean-Baptiste : 24 juin. Sculpture de Paul Dubois.

 

Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet,

curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.

 

Dans toute l' Histoire du peuple juif, il n' y a pas eu de personnalité plus grande que

celle de Jean-Baptiste dont nous fêtons en ce jour la nativité.

"Il était venu comme témoin pour rendre témoignage à la Lumière et préparer au

Seigneur un Peuple capable de l' accueillir" nous rappelle l' antienne d' ouverture de la Messe.

Avec notre Seigneur Jésus Christ et le très Sainte Vierge Marie, Jean le Baptiste est le seul dont

la Sainte Eglise célèbre la naissance : les autres Saints du calendrier liturgique sont fêtés au jour

anniversaire de leur mort, de leur Dies natalis, le jour de leur naissance au Ciel.

Ascète et tribun d' une envergure exceptionnelle, Jean Baptiste fut le plus grand prophète de

l' Ancien Testament. Le saint Evangile nous rappelle les circonstances particulières de sa

naissance : fils que l' on n' attendait plus, fils "miraculeux" d' une vieillesse stérile et donc improbable,

sa naissance arrive comme la dernière de tant de naissances miraculeuses de patriarches et de

prophètes qui jalonnent l' Ancienne Alliance : Isaac, Jacob, Joseph, Samuel, Samson. Plus encore,

sa naissance annonce une autre naissance : celle du Fils issu du sein de la Vierge de Nazareth!

"Que sera donc cet enfant?" : telle est la question que se posent ceux qui regardent le fils qui vient

de naître dans la famille d' Elisabeth et de Zacharie. Cet enfant -Jean Baptiste- sera le prophète du

Très-Haut qui naîtra bientôt de la Vierge Marie, il sera l' ami et le témoin du nouvel Adam, de l' Epoux

des noces éternelles que le monde désirait depuis longtemps : Mystère du Christ qui est venu "après

Jean, mais qui existait avant lui"! (Textes propres des prières eucharistiques n° II et III). "L' Eternel est

entré dans le temps... Il n' est pas resté "dans les cieux", mais Il S' est immergé dans les joies et dans

les angoisses de son temps et de tous les temps, en partageant leur sort et en leur redonnant

l' Espérance" (Pape Benoit XVI. Discours du lundi 14 juin 2012 aux aumoniers et aux agents de

la pastorale de l' aviation civile).

Face à Jésus, Jean Baptiste restera humble, en second plan, se considérant indigne de Lui rendre

les services réservés d' habitude aux esclaves : "Il vient -dira-t-il de Jésus-, Celui qui est plus puissant

que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de Ses sandales" (Saint Luc 3, 16).

La liturgie de ce jour applique les paroles du prophète Isaïe et celles du Psaume 138 à la personnalité

de Jean Baptiste : "J' étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m' a appelé... quand Il a

prononcé mon nom... Oui, j' ai du prix aux yeux du Seigneur, c' est mon Dieu qui est ma force... Il a

créé mes reins, Il m' a tissé dans le sein de ma mère... étonnantes sont les oeuvres de Dieu!".

Cela est vrai aussi de chacune et de chacun de nous! Nous sommes appelés par le Seigneur,

nommés par Lui, nous ne sommes pas n' importe quoi; nous ne sommes pas des êtres de hasard livrés

à l' absurde ou au non-sens et destinés au néant! Nous avons du prix, nous sommes précieux pour

Celui qui pénètre toutes nos pensées! Nous avons un tel prix, une telle valeur que le Créateur est

devenu créature de cette terre, né à Bethléem sous les traits d' un Enfant démuni et vulnérable; un tel

prix que le Créateur est devenu Sauveur jusqu' à subir la mort infamante de la Croix du Golgotha :

"C' est à nous tous que ce Message de Salut a été envoyé!" (Actes des Apôtres 13, 22-26).

"Quelle autre Bonne Nouvelle pourrions-nous attendre sinon que le Christ est mort pour les péchés de

tous et qu' Il est Ressuscité, qu' en Lui la vie humaine et mortelle a été enracinée dans l' immortalité

de Celui qui est?". (Pape Jean-Paul II. Message "Urbi et Orbi" du 19 avril 1992).

Nous sommes aimables et estimables, aimés et estimés, personne n' est de trop, personne n' est inutile,

personne n' est insignifiant ou quelconque : "La bonne nouvelle de la valeur de la vie humaine retentit

dans l' Eglise et, par elle, dans toute l' humanité : aucun homme ne vient au monde par hasard, chacun

est le fruit d' un acte de l' Amour créateur de Dieu et, dès sa conception, est appelé à la communion

éternelle avec Dieu. A une époque où tant de personnes oublient qui est l' homme, d' où il vient et où

il va, il y a un besoin impérieux de susciter toujours davantage le sens de l' admiration et de la

reconnaissace pour la grandeur de toute vie humaine, même souffrante... La vie doit être accueillie et

aimée, sans aucune exception". (Pape Jean-Paul II. Discours du 15 novembre 1992 à un congrès

des mouvements internationaux pour la défense de la vie). 

A la suite de Jean Baptiste, l' Eglise, patiemment, parce qu' elle est "experte en humanité", travaille

afin que nous puissions nous ouvrir à la Lumière de cet Amour qui, en Jésus, S' est donné à voir, à

toucher, à contempler et à recevoir. C' est un lent et pénible enfantement qu' on appelle, en régime chrétien,

la "Conversion", le "retournement", la "métanoïa" : c' est d' ailleurs le mot central du Message de

Jésus : "Il n' y a pas d' humanité nouvelle s' il n' y a pas d' abord d' hommes nouveaux de la nouveauté

du Baptême et de la vie selon l' Evangile. Le tout de l' évangélisation est donc bien ce changement

intérieur.... Les systèmes les mieux conçus deviennent vite inhumains si les pentes inhumaines du

coeur de l' homme ne sont pas assainies, s' il n' y a pas une conversion du coeur et du regard de ceux

qui vivent dans ces structures" (Pape Paul VI. Evangelii nuntiandi n° 36).

"Voici l' Agneau de Dieu! Ecce Agnus Dei!" : c' est ainsi que Jean le Baptiste désignait Jésus!

"Voici l' Agneau de Dieu! Ecce Agnus Dei! " : c' est ainsi que l' Eglise nous désigne continuellement la

Présence de Jésus dans la Sainte Hostie consacrée, le Saint-Sacrement de l' Autel!

Oui, mes frères, pas de doute : Jésus est là, dans la Sainte Eucharistie! Ce n' est pas une manière de

parler ou d' envisager les choses, non! Il est là, vraiment là, devant nous! Il est le même que Jean le

Baptiste annonçait! Il est le même que les Apôtres et les foules suivaient et entendaient! Il est là, devant

nous, le Dieu au Visage humain pour qui nous comptons beaucoup!

Puisse la prière de Saint Jean-Baptiste, que nous sollicitons maintenant, nous conduire toujours et tous

les jours de notre vie à Celui qui est à tout jamais la Lumière et la Vie, Lui, Jésus, l' Agneau livré pour nous!

Saint Jean-Baptiste,

prie pour nous tous,

prêtres et fidèles du Christ! 

Toi le plus grand parmi les enfants des hommes,

toi qui as précédé Celui qui existe depuis toujours et pour toujours,

prie pour nous!

Toi l' ami de l' Epoux,

veille sur l' Eglisede ce temps et apprends-lui à aimer, à servir

le Christ, son véritable Epoux!

Toi le prophète du Très-Haut,

garde-nous tous dans l' Amour du Seigneur ici, sur terre et

demain, dans le Ciel, où toi, Jean-Baptiste, nous te retrouverons

pour adorer sans fin l' Agneau immolé pour nos péchés,

cet Agneau que nous allons reconnaître à la Fraction du Pain Eucharistique!

Amen.

Corps du Christ livré pour nous! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens