Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 07:56

19 mars : Bienheureux Marcel Callo.

 

"O Christ,

je Te reconnais pour Roi universel!".

 

Marcel Callo.

 

Marcel Callo : 19 mars.

   Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet,

curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.

 

Marcel Callo naquit à Rennes, le 6 décembre 1921, dans un milieu profondément

chrétien; il était le cadet de neuf enfants. A l' âge de 12 ans il entra en apprentissage

chez un typographe et adhéra à la "Croisade Eucharistique" dont la belle devise était :

"Prie, communie, sacrifie-toi, sois apôtre!". Marcel entra ensuite chez les scouts et prit

plaisir à observer la "loi" du mouvement, se révélant à la fois malicieux, taquin et sachant,

au besoin, reconnaître ses torts. Plus tard, il entrera à la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (J.O.C)

où il tint toujours à privilégier la vie spirituelle comme source de toute action, dans un

monde ouvrier très déchristianisé à cette époque. Devenu président de section, Marcel se

dépense sans compter pour assumer toutes sortes de responsabilités.

Dans son "journal intime' il écrit :

  "O Christ, je Te reconnais pour Roi universel...

D' une manière spéciale, je me propose de faire triompher selon mes moyens les droits de

Dieu et et de Ton Eglise... Je veux aussi devenir, de plus en plus, dans la jeunesse ouvrière

chrétienne, un guide, un militant fier, pur et joyeux. D' un coeur débordant d' Amour pour mes

frères, je veux gagner les jeunes travailleurs"

.Marcel se fiance avec une jeune fille, Marguerite.

Le 8 mars 1943, au lendemain du bombardement de Rennes -dans lequel périra sa soeur

Marie-Madeleine-, Marcel reçoit l' ordre de partir en Allemagne au titre du Service du Travail

Obligatoire (S.T.O) : "Je pars -dit-il-, non pas comme travailleur mais comme missionnaire

auprès de mes camarades!".

Marcel est conduit à Thuringe où un groupe chalereux se forme autour de lui, ce qui attire

l' attention de la Gestapo qui n' aime guère cette "action catholique". Arrêté le 19 avril 1944

Marcel est jugé et condamné sous prétexte que "par son action catholique auprès de ses

camarades du S.T.O. s' est montré nuisible au régime nazi et au salut du peuple allemand".

Il est donc envoyé au camp de Mathausen. Là, souffrant de froid, de la faim, des mauvais

traitements, il doit travailler dans une usine souterraine. Au sein de toutes les épreuves

endurées, la Foi de Marcel demeure inébranlable : il écrit : "Le Christ est un Ami qui ne me

quitte pas, et qui sait me soutenir et me consoler durant les heures pénibles et accablantes.

Avec Lui, on supporte tout. Combien je remercie le Christ de m' avoir tracé le chemin que

je suis en ce moment".

Quelques semaines avant sa mort, il écrit encore ceci :

"Chaque soir, avant de m' endormir, je pense à l' avenir; je passe en revue qualités et

défauts, je m' efforce de devenir meilleur en me rapprochant de plus en plus de Dieu;

petit à petit je prépare et bâtis ce chic foyer que je fonderai, à mon retour, avec Marguerite;

chaque soir aussi ma pensée va vers la France; combien je la désire belle et florissante;

tous les camarades et moi nous souffrons de la voir dans l' état où elle est actuellement;

nous tous qui avons souffert, nous la reconstruirons et nous saurons lui redonner son vrai

visage. Dieu, Famille, Patrie, trois mots qui se complètent et qu' on ne devrait pas séparer;

si chaque individu voulait bâtir et s' appuyer sur ces trois bases, tout irait bien.

Bien chers, j' ai voulu vous parler de tout cela ce soir, ces quelques lignes me font du bien

et m' ont fait oublier un peu ma peine...".

Epuisé par la dénutrition et la tuberculose, Marcel Callo rendit sa belle âme à Dieu le

19 mars 1945 : il avait 24 ans.

Le 4 octobre 1987, lors du synode des laïcs, il fut béatifié par le Pape Jean-Paul II (+ 2 avril 2005)

qui souligna dans son homélie que Marcel, à la suite de Jésus "a aimé les siens jusqu' à

l' extrême... sa vie entière est devenue Eucharistie. Parvenu dans la Joie Eternelle de Dieu, il

témoigne que la Foi chrétienne ne sépare pas la terre du Ciel. Le Ciel se prépare sur la

terre, dans la justice et dans l' Amour... A nous tous, laïcs, religieux, prêtres ou évêques, il

relance l' appel universel à la sainteté; une sainteté et une jeunesse spirituelle dont notre vieux

monde occidental a tant besoin pour continuer d' annoncer l' Evangile à temps et à contretemps".

Bienheureux Marcel Callo,

prie pour nous tous,

prêtres et fidèles du Christ,

afin que nous ne perdions jamais de vue que Jésus est l' Ami qui

ne nous quitte pas un seul instant,

que Jésus est Celui en qui nous devons avoir une Confiance absolue;

viens nous redire, Bienheureux Marcel Callo,

que par nos actes les plus humbles et les plus généreux,

nous préparons déjà, sur cette terre, le Ciel dans lequel

nous verrons Celui qui,

pour toi comme pour nous,

demeure la Grande Espérance qui soutient toutes choses :

Jésus,

la Joie de notre vie!

Amen.

 

Marcel Callo : 19 mars. Peinture de Pierre Gilles.

"Ma pensée va vers la France :

nous souffrons de la voir dans l' état où

elle est actuellement...

Dieu, Famille, Patrie, trois mots qu' on

ne devrait pas séparer; si on s' appuyait

sur ces trois bases, tout irait bien!". 

 

Marcel Callo.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens