Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 07:29

16 mars : Saint Joseph d' Arimathie.

 

Joseph ou la grâce du courage.

Joseph d' Arimathie : 16 mars.

 

Homélie de monsieur l' abbé Jean-Bernard Hayet,

curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.

 

Joseph d' Arimathie fut un disciple "secret" du Seigneur Jésus.

La mort du Christ sur le Golgotha lui donna la grâce du courage : il demanda au

gouverneur romain, Pilate, le Corps du Crucifié, afin de l' ensevelir dans le tombeau

neuf qu' il s' était préparé pour lui-même (Saint Marc 15, 45-47).

Joseph d' Arimathie rendit au Corps Sacré de Jésus les honneurs qui lui étaient dûs.

Ce Corps qui fut atrocement martyrisé, il l' enveloppa dans un linceul et le déposa

délicatement sur la pierre tombale, tel le grain de blé ensemencé dans l' obscurité de

la terre avant de revenir à la lumière!

Oui, mes frères, notre Seigneur Jésus Christ, est mort, comme tous les humains nés

de la femme, mais Sa mort est "la seule à être l' Acte extrême de l' Eternel Amour Divin"

comme le dit Hans Urs von Balthasar.

"Moi -disait saint Josemaria Escriva de Balaguer-, j' étreindrai le Corps froid, le cadavre

du Christ, avec le feu de mon Amour... je le déclouerai par mes actes de réparation et

mes mortifications... je l' envelopperai dans le linge neuf de ma vie limpide, et je l' enterrerai

dans le roc vivant de ma poitrine, d' où personne ne pourra me l' arracher, et là, Seigneur,

Tu te reposeras! Même si le monde entier T' abandonnait et Te méprisait... Serviam! Je

Te servirai, Seigneur!" (Chemin de Croix, XIV).

En faisant mémoire de Joseph d' Arimathie et du geste de Compassion dont il a témoigné

envers le Corps Sacré de notre Seigneur Jésus Christ, ne sommes-nous pas tous invités

à prendre le même chemin? Comprenons qu' il nous faut, nous aussi, prendre "soin" du

Corps de Jésus dans Sa réalité Eucharisique, mystique et corporelle :

Dans Sa réalité Eucharistique : il faut bien préparer notre Communion Eucharistique et

éviter de la "banaliser" par une certaine routine ou désinvolture : l' Eucharistie est le

Saint-Sacrement, le Trésor qui est sorti du Coeur de Jésus; elle est l' Invention de Son

Amour qui accompagnera tous les Baptisés jusqu' à Son Retour en Gloire; c' est pourquoi

nous devons toujours communier avec un esprit d' adoration, émerveillés de la Grandeur

du Don qui nous est fait sous le voile de la Sainte Hostie! Oui, mes frères, nous devrions

toujours recevoir le Corps Eucharistique de Jésus avec grande crainte : crainte, au sens

biblique de ce terme, crainte de manquer de respect, crainte de ne pas être assez

reconnaissants, crainte d' offenser Celui qui, sans mérite de notre part et malgré notre

indignité, nous reçoit à Sa Table!

"La Foi  en cette Présence du Seigneur -disait le Pape Jean-Paul II-, implique une marque

extérieure de respect envers l' église, lieu saint où Dieu Se manifeste dans Son Mystère

(Exode 3, 5), mais surtout au cours des célébrations des Sacrements :

 QUE LES CHOSES SAINTES SOIENT TOUJOURS TRAITEES SAINTEMENT!".

(Lettre apostolique pour le 25 ème anniversaire de "Sacrosantum concilium" sur

la Sainte Liturgie, datée du 4 décembre 1988).

En second lieu, nous devons prendre soin du Corps mystique du Christ, de Son Eglise :

elle est "le lieu naturel" qui nous greffe réellement à Jésus, à Sa Parole et qui, depuis

le jour de notre Baptême, nous a tous consacrés pour suivre et imiter le Christ,

Prêtre, Prophète et Roi; c' est cette Eglise qui, à la suite de tous les Saints, nous

apprend encore aujourd' hui à "discerner la Volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable,

parfait" (Romains 12, 2). "Demeurer dans le Christ disait le Pape Benoit XVI-, signifie

demeurer dans l' Eglise... Dans cette Communauté Il nous soutient et, en même temps,

tous les membres se soutiennent mutuellement. Nous résistons ensemble aux tempêtes et

nous nous protégeons les uns les autres. Nous ne croyons pas seuls, mais nous croyons

avec toute l' Eglise de tout lieu et de tout temps, avec l' Eglise qui est au Ciel et sur la terre. 

Avec l' Eglise et dans l' Eglise, nous pouvons annoncer à tous les hommes que le Christ

est la Source de la Vie, qu' Il est Présent, qu' Il est la grande Réalité après laquelle nous

soupirons... Celui qui croit au Christ a un Avenir".

(Pape Benoit XVI. Homélie du jeudi 22 septembre 2011 au stade olympique de Berlin).

Enfin, en troisième lieu, nous devons prendre soin du Corps "physique" de Jésus, Présent

en tout homme, et tout particulièrement, sous le visage de l' homme en détresse, démuni

et dépossédé de pain, de dignité, de reconnaissance, de soutien, d' affection..., cet homme

que nous pouvons, selon nos moyens, assister et aider et non pas abandonner comme un

mort-vivant sur la route de notre indifférence et de notre dureté de coeur : Jésus nous le fait

très bien comprendre en nous racontant deux paraboles : le Bon samaritain et le Jugement

dernier ( Saint Luc 10, 25-37 et saint Matthieu 25, 31-46).

Puisse, frères et soeurs, l' intercession de Joseph d' Arimathie, nous conduire donc à

aimer, à vénérer et à servir le Corps du Christ dans Sa dimension Eucharistique,

Mystique et Fraternelle!

Par l' intercession de saint Joseph d' Arimathie, confions aussi  à la Miséricorde du Seigneur qui,

un Jour de notre Histoire a voulu "mourir de notre mort", tous nos chers défunts et ceux

qui s' apprêtent à vivre le grand Passage!

Confions également ceux qui travaillent dans le monde de la santé afin qu' ils oeuvrent avec

respect, douceur, compassion, auprès de ceux qui souffrent dans leur corps ou dans

leur coeur!

Saint Joseph d' Arimathie,

prie pour nous tous,

prêtres et fidèles du Christ,

afin que se fortifie notre Foi à Jésus, mort et Ressuscité,

que nous reconnaissons Présent sous le voile de l' Hostie Consacrée

Présent dans Son Corps mystique qu' est l' Eglise,

Présent sous le Visage de notre prochain.

Prie pour nous,

saint Joseph d' Arimathie,

toi qui déposas avec tant d' Amour le Maître de la Vie

dans le sépulcre qui t' appartenait,

afin que nous enracinions durablement  notre Espérance

en Jésus, le Vainqueur de Pâques,

Lui, par qui nous savons désormais que

le tombeau n' est pas la fin de l' homme

et que notre existence ne s' achèvera pas

dans une poignée de poussière!

Avec Toi, Joseph d' Arimathie,

nous disons, en ce jour :

Credo!

Je crois en Jésus le Vivant!

Je crois en la Résurrection de la Chair!

Je crois que ma dernière demeure ne sera pas un cercueil

mais le Coeur de Dieu!

Credo! Je crois!

Amen.

Joseph d' Arimathie : 16 mars. Mise au tombeau-Eglise couvent de Moissac (XVème siècle).

Mise au tombeau du Christ : Couvent de Moissac (XV ème siècle).

 

"Le tombeau n' est pas la fin de l' homme!

Notre existence ne s' achèvera pas

dans une poignée de poussière!

Notre dernière demeure ne sera pas

un cercueil, mais le Coeur de Dieu!

CREDO : JE CROIS!".

 

Abbé Jean-Bernard Hayet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Paroisse Saint Joseph des Falaises
  • Contact

Recherche

Liens